Emmanuel Bletton, Physiothérapeute ( France ), D.O. Président fondateur d’Artéos

Le papa de la clinique d'ostéopathie ARTÉOS

emmanuelbletton@arteos.ca

Tel: 514 284 7776

Emmanuel, obtient son diplôme d’état de kinésithérapie (physiothérapie) en 1980 à Paris.

Dès 1981, il commence son cours en ostéopathie.

En 1984, il s’associe dans un centre de rééducation fonctionnelle situé dans un hôpital privé parisien. Le développement de l’hôpital est rapidement important pour atteindre, 300 lits et 10 blocs opératoires et 100 médecins, chirurgiens. Le centre de réadaptation suit ce développement et offre alors des traitements en post-opératoire immédiat pour la chirurgie orthopédique, viscérale, thoracique, neurologique, cardio-vasculaire, ainsi qu’en ambulatoire avec notamment un service de balnéothérapie (piscine, jets…)

Afin de suivre l'évolution de la médecine, Emmanuel suivra des formations complémentaires et participera à leurs améliorations comme:

  • La réadaptation cardio-vasculaire, en collaboration avec le centre cardiologique du nord et le centre de cardiologie Alfred Kastler.
  • La rééducation uro-gynécologique, en collaboration avec différentes maternités (HPNP)  et gynécologues accoucheurs.
  • La rééducation en piscine, balnéothérapie, avec des rhumatologues du CHU Pitié Salpétrière - Paris.
  • Le drainage lymphatique, avec le Pr Leduc.
  • L’école du dos, Fédération des kinésithérapeutes.
  • Posturologie, différents centres CHU Lariboisiére -  Paris.
  • Le traitement des vertiges de l’oreille interne et réhabilitation vestibulaire, avec Alain Semont, kinésithérapeute et le service d' ORL du CHU, Lariboisière. Paris
  • Kinésithérapie du sport, Equipes de France  de Karaté, championne du monde.
  • Ergonomie, Ecole de médecine les Saints Pères, université, Paris Descartes.

En 1994, Emmanuel se voit confier, avec un médecin urgentologue, le suivi des équipes de France de Karaté. Suivi des athlètes Élite, à l’année aux entraînements, préparations et compétitions  internationales. Il quittera ses fonctions en novembre 1998, après le troisième titre de champion du monde de l’équipe masculine sénior et de nombreux titres individuels.

Cet exercice passionnant lui a donné un solide bagage pour affronter les cas d’urgences en médecine sportive et le stress qui les accompagne.

Artiste, fils et père d’artistes, il oriente sa pratique vers l’étude de la pathologie des musiciens et des artistes de la scène, établissant un parallèle entre les musiciens et les sportifs de haut niveau.

Prendre du temps et être à l’écoute de ses patients; c’est la raison pour laquelle il s’installe en famille avec ses quatre enfants à Montréal en 1998.

En 1999, il reprend l' étude de l'ostéopathie afin d’obtenir le diplôme canadien.

En janvier 2001, il crée la clinique d'ostéopathie Artéos, sur le plateau Mont-Royal, qui compte maintenant 5 ostéopathes.

En 2004, il s'intéresse aux neuro-sciences, au rôle du cerveau dans l'adaptation du cerveau à son environnement à travers, différentes lectures, formations ( Méditation, PNL, JP Brébion ...).

En 2007, il obtient le diplôme canadien d’ostéopathie avec notamment la soutenance d’une thèse après 3 ans de recherche sur les effets de l’ostéopathie sur les hétérophories, troubles de l’oculo-motricité.

En 2008, Emmanuel, crée SOSgMAL, premier service d’urgence et de soins à domicile, en ostéopathie.

Cette même année, Artéos devient  partenaire de Gymnasia, dans le Vieux  Montréal, afin de partager l’expertise ostéopathique avec le conditionnement physique.

En 2011, il commence la rédaction d'un ouvrage afin de partager son expérience pour enrichir le débat sur les maladies, leurs causes possibles et leur prises en charge.

.

Résumé de la thèse :

L’objectif principal de la recherche vise à vérifier l’effet de l'ostéopathie sur les hétérophories objectivé par une évaluation optométrique avec la tige de Maddox et le visiomètre. Ce déséquilibre se manifeste par, un trouble fonctionnel de la vision binoculaire en rapport avec les variations de l’équilibre tonique des six muscles oculomoteurs. En cas d’hétérophorie, les globes oculaires apparaissent dissociés au repos, perdant leur parallélisme. En effort de vision, les muscles oculomoteurs tentent de faire disparaître cette déviation  afin de permettre une vision binoculaire de qualité.

L’hétérophorie peut être asymptomatique et, bien qu’importante, ne pas déranger la personne outre mesure. C’est seulement lorsque la capacité de compensation de cette déviation latente est dépassée que des symptômes vont apparaître. On appelle cette capacité de compensation, la réserve de vergence fusionnelle. Les symptômes de l’hétérophorie, sont les migraines, les troubles de lecture, la fatigue visuelle, les tensions dans les yeux, les douleurs cervicales, les torticolis.

L’œil faisant partie intégrante du système postural, toute perturbation de ce dernier entraînera un déséquilibre indirect du système oculomoteur. Nous avons pu agir sur les hétérophories en réajustant les différents systèmes influençant la posture ; système musculo-fascio-squeletique, organo-visceral, crânien…

Il aura fallu plus de 100 traitements et 2 pré-recherches,  pour affiner et trouver le protocole.

L’échantillonnage final comporte 20 sujets, répartis aléatoirement en deux groupes, soit 10 pour le groupe expérimental, recevant trois rencontres en ostéopathie et 10 pour le groupe contrôle. Ces derniers recevront un faux soin comportant des exercices oculaires, sans effets, élaborés par un optométriste ayant participé à cette recherche.

Suite aux rencontres, nous notons une bonne tendance à l’amélioration au niveau des phories et des réserves. Mais l’action la plus significative fut réalisée sur le rapport entre la valeur des hétérophories et  celle des réserves de vergence qui détermine le degré réel de gravité de l’hétérophorie pour le client. Même si une approche plus spécifique au niveau local pourrait améliorer des hétéréophories plus asymptomatiques, c’est un travail central, postural permettant de redonner au corps son adpatabilité qui semble plus adéquat dans le cas des hétérophories responsables de malaises. Cela appuie le choix du soin ostéopathique global pour lequel nous avions opté. En regardant l’ensemble des relations qui unissent les muscles oculomoteurs au reste du corps et la gravité très modérée de l’hétérophorie, il est envisageable qu’il ne soit pas possible de déterminer un profil précis ostéopathique si l’on considère l’aspect  compensatoire de cette pathologie.

L’hétérophorie n’existerait pas au sens au nous l’entendons. Sa gravité étant déterminée, non pas par le degré de phorie présent, mais par la capacité du corps à la compenser. Ceci nous amène à réfléchir sur la prescription systématique de prismes par les optométristes, lorsqu’ils détectent une hétérophorie symptomatique. A notre avis, sans l'ostéopathie, le port de prismes correcteur ainsi que des traitements orthoptiques ne s’attaquant pas à la cause, ne peuvent engendrer que des résultats limités. Cette étude confirme la place de l’ostéopathe au sein d’une équipe multidisciplinaire permettant de proposer au client une approche thérapeutique adaptée et complète.